Avengers: Age of Ultron

  Réalisation : Joss Wedon

  Sortie : Avril 2015

  Genre : Super-héros

  Durée : 142 minutes

 

Sublime affiche

Quand la machine s'emballe

 

La mécanique la mieux huilée du cinéma actuel continue de tout emporter sur son passage et Marvel Studios nous propose le 11ème film de son univers partagé (MCU pour les intimes) et l’avant-dernier de sa deuxième phase avant Ant-Man, cet été.

Comment aborder cet énorme blockbuster ? La solution la plus facile serait sans doute de le comparer au premier. Je fais partie de ceux qui adorent Avengers : simple, fun, malin, empli de moments de pur bonheur, c’était tout ce que j’attendais d’un film sur l’équipe la plus puissante du monde Marvel. Avengers 2 a donc la tâche difficile de s’inscrire dans cet héritage tout en développant l’équipe et en lançant des pistes pour la phase 3 qui commencera en mai 2016. Le film est-il à la hauteur du challenge ?

 

On ne change pas une équipe qui gagne

Joss Whedon est toujours à la manette et vu le succès du premier volet (troisième plus gros succès de l’histoire du cinéma), il a évidemment repris la recette miracle : de l’action et des blagues. On ne se sent donc pas en terrain inconnu. Il s’appuie sur les personnages déjà développés dans leurs films solos (Iron-man, Cap, Thor) pour relancer directement la dynamique de l’équipe entre sarcasmes, méfiances et entraide. D’ailleurs le film commence directement par une très bonne scène d’action avec toute l’équipe. Pas de doute Marvel Studio sait y faire, la scène est impeccable comme tous les combats dans le film. Les pouvoirs des différents personnages sont habilement utilisés et c’est exactement ce qu’on demande à une adaptation des Avengers. Il en profite aussi pour enfin donner un peu de consistance au malheureux Hawkeye. C'est plutôt bien fait et l'archer gagne à la fois en sympathie et en légitimité au yeux des spectateurs. 

Qui dit équipe de gentils, dit méchant très méchant. Loki, c’est fini, place à Ultron. Création de Hank Pym dans les comics (personnage qui sera interprété par Michael Douglas dans Ant-Man), Joss Whedon transfère dans les films la paternité à Tony Stark et c’est une excellente idée. En effet le personnage de Downey Junior est le plus propice à jouer avec le feu quitte à créer la pire menace pour l’humanité. Sa création est très bien exploitée par le film, il est classe et semble infiniment puissant. Sa logique, un peu simpliste est la même que toutes les méchantes intelligences artificielles de l’histoire de la S.F mais ça passe plutôt bien. La voix de Spader est impeccable.

Face à la menace ultime, les Avengers seront aidés par un androïde : Vision. Je dois dire que j’étais un peu craintif étant donné que Vision est un de mes personnages préférés de l’univers Marvel. Et c’est sûrement l’une des meilleures réussites du film. Vision est aussi calme et intelligent que son alter-ego papier et il est très bien utilisé dans l’intrigue même si on aurait aimé le voir utiliser un peu plus ses pouvoirs.

 

 

Origins of ultron and the vision from avengers age of ultron revealed 1   Cav7xl

Les deux robots sont la plus grande réussite du film

 

Un bon méchant, un bon gentil, de l'action qui fait plaisir... Alors tout va bien dans le meilleur des mondes ?

 

Un homme dépassé par sa création

Pas vraiment… Avengers 2 a des gros défauts beaucoup trop flagrants pour emporter l’enthousiasme. En plus de Vision, deux nouveaux personnages font leur apparition et pas des moindres. La Sorcière Rouge et Vif-d’argent, les jumeaux les plus célèbres de Marvel. Sans revenir sur le conflit de droits avec la Fox qui a (mal) utilisé Quicksilver dans le dernier X-Men, Marvel était attendu au tournant sur cet aspect du film. Malheureusement, il faut bien avouer que leur présence sur l’écran semble loin d’être indispensable. Leurs motivations sont expédiées en deux-trois dialogues mal écrits et leurs pouvoirs très peu exploités. Quicksilver s’en sort un peu mieux et la gestion de sa vitesse ultime est intéressante, surtout après la scène d’anthologie du dernier X-men. En effet, dans Days of Futur Past, Quicksilver est superpuissant (il arrête presque le temps), ce qui permet de lui consacrer la meilleure scène du film mais il est par la suite inexpoitable car beaucoup trop fort. Ici, Quicksilver s'essouffle tombe, prend des coups... Son pouvoir est donc tout de suite plus utilisable sur le long terme, bien que moins impressionnant. Cela ne règle pas le principal problème : globalement les jumeaux ne sont pas développés du tout, n’ont aucun charisme et ne servent pas à grand-chose. Décevant donc.

 

Crystal2 1Quicksilver

Dans les comics, Quicksilver est souvent insupportable mais il a un charisme auquel ne peut prétendre sa version ciné

 

Plus généralement c’est tout le film qui semble mal calibré (ce qui était pourtant la force du premier opus). Il y a de gros temps morts qui plombent le rythme (notamment une romance particulièrement ennuyeuse). Certains passages, au contraire, vont beaucoup trop vite prenant des raccourcis scénaristiques parfois à la limite du compréhensible. La version longue règlera peut-être ce problème mais c’est à sa sortie ciné qu’on juge un film. Si certaines intrigues devaient être supprimées, il fallait tout enlever et ne pas laisser des bouts d'explication confus comme pour s'excuser de ne pas avoir réussi à faire mieux . Le film donne globalement l'impression que Whedon a été dépassé par ce qu'il voulait faire. Exploiter l'ensemble de son l'équipe déjà existante en rajoutant des nouveaux personnages tout en lançant des pistes pour l'orientation cosmique des prochains volets était une mission très difficile. On ne peut pas dire qu'il ait relevé le défi, sa création deviendrait-elle trop puissante ?

Cet emballement de la mécanique Marvel montre notamment ses limites dans l'avalanche de vannes qui nous sont envoyées à la figure. Les studios Marvel ont en effet compris que cet aspect fun est un pilier de son succès, les démarquant notamment des oppressants films tirés de l'univers DC. Mais là encore tout est question d'équilibre. Les vannes qui sont bien intégrées au récit font toujours mouche et nous rappellent à quel point cette mécanique action-humour peut être efficace. On ne peut alors que regretter que le réalisateur et les scénaristes ne s’en soit pas contenté. Beaucoup de punchlines sont ajoutées au forceps entre deux scènes d'action donnant presque l'impression que la mention [AJOUTEZ UNE VANNE ICI] a été appliquée au tampon à plusieurs endroits du script. Le personnage de Thor devient ainsi une paratonnerre à blagues. Il s’en trouve totalement décrédibilisé (déjà qu’on lui inflige les pires films solos…), et on ne retrouve à aucun moment la puissance du dieu Asgard.

 Thor

Heureusement qu'ils ne parlent français, sinon je vous jure qu'on aurait eu droit à 'Thor tue"...

 

La dernière séquence qui nous présente une équipe d'Avengers qui semble sortie de nulle part confirme l'impression générale que donne le film. C'est beaucoup trop brouillon. La pure efficacité du premier volet a totalement disparu, ecrasée par les enjeux que n'a pas su gérer Whedon. La division en deux films du prochain volet permettra peut-être d'éviter cette erreur.  On ne peut que l'espérer car les personnages vont continuer à se multiplier (des films sur Black Panther, Strange et Captain Marvel sont prévus en autres...) et il faudra beaucoup plus de rigueur pour maîtriser un tel univers en expansion continue.

3 1

 

Mehdi Khnissi

Enfant caché de Jean Grey et de Babar, je collectionne les bilboquets en bois.

Je regarde beaucoup de films longs et lents pour oublier l'absurdité de nos vies et je joue à FIFA aussi.

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.