Insurgent

  Réalisation : Robert Schwentke

  Sortie : 2015

  Genre : Science-Fiction

  Durée : 119 minutes

 

Insurgent 4

State of YA

 

En 2014, les films “YA” post-apocalyptiques prenaient de l’ampleur avec les sorties consécutives de Divergente et Le Labyrinthe. Et s’ils n’ont rien apporté de nouveau, les deux films, à l’image de leur raison d’être Hunger Games, sont formatés pour être divisés en plusieurs opus, ce qui peut se comprendre considérant leur succès relatif auprès des jeunes. Qu’en est-il un an plus tard avec la suite de Divergent ?

 

 

 

Tris chez les Bisounours

 

Après les événements de Divergent, Tris et le groupe de réfugiés se réfugient chez les Fraternels, au-delà des limites de la ville. Jeannine, chef des Érudits, continue de traquer les divergents pour pouvoir ouvrir une boîte contenant un message de la plus grande importance que gardaient les parents de Tris. En l’ouvrant, elle pense pouvoir justifier les massacres & chasses à l’homme qu’elle a orchestrés. En s’échappant de Jai Courtney et de son jeu d’acteur douteux venus les arracher à leur retraite, ils découvrent un abri contenant des sans-factions menés par la mère de Quatre qui l’a abandonné alors qu’il était tout jeune. Quatre et Tris se rendent ensuite chez les Sincères après que le frère de celle-ci les a abandonnés. Captifs chez les Sincères, ils se font injecter un sérum de vérité qui montre leur intégrité, ce qui leur vaut le soutien des Sincères et de leur chef, qui n’est autre que Daniel Dae Kim, l’acteur jouant Jin dans la série Lost. Suite aux menaces persistantes des Érudits et des Audacieux, Tris décide de se rendre pour enfin découvrir ce que cache le message dans la boîte que ses parents gardaient.

 

Insurgent 1

Shailene Woodley a appris à courir spécialement pour ce film

 

 

Faire son trou … trop profond.

 

Insurgent part sur les mêmes bases que son prédécesseur. Et comme Divergent, il a très peu à offrir. Pire, il ne nous fait même pas miroiter une potentielle richesse de son univers là où Divergent avait bien su le faire, l’une de ses seules forces d’ailleurs. On peut évidemment - encore - considérer le cliffhanger comme plutôt réussi, bien qu’un poil évident et redondant par rapport au premier opus. La suite qui est d’ailleurs annoncée à la fin du film était ce que j’attendais après Divergent... Et c’est là tout le problème, puisqu’Insurgent nous donne l’impression d’un mea culpa pour les événements du premier film. Tris passe son temps à s’excuser et à tenter de se racheter, et le film nous donne des scènes proches de ce qu’on a vu auparavant mais un peu plus léchées et un peu mieux jouées (un peu hein). Le meilleur exemple reste les épreuves que Tris passent - encore - pendant une bonne partie du film, moins pénibles et juvéniles. Du reste, le rythme est beaucoup plus soutenu, et l’évolution du personnage principal nous fait apprécier un peu plus les événements. Ça ne signifie pas forcément que le film est une réussite, mais qu’il a réglé certaines erreurs … pour mieux tomber dans les travers du genre. Insurgent est un film dystopique pour jeunes adultes classique. Son intérêt reste limité à savoir la suite d’une histoire modérément intéressante.

 

Insurgent 2

Tout ça a pris une tournure très ... japonaise


 

A quoi pouvait-on s’attendre ?

 

La vérité, c’est que les films “YA”, post-apo ou pas, sont tous formés sur le même moule. Malheureusement, cela signifie souvent que l’on trouvera difficilement notre compte en les regardant. Le scénario est classique, les acteurs peu convaincants (en même temps, avec Jai Courtney…), les sentiments pas forcément très travaillés. Sur ce dernier point, c’est d’ailleurs dommage puisqu’Insurgent se concentre sur les remords de Tris vis-à-vis des événements du premier film. Pour le réalisateur, c’était l’occasion de faire preuve d’initiative et de sortir des clichés du genre pour rendre le tout crédible et plus adulte. Montrer comment une jeune adulte fait face aux horreurs qu’elle a subie. Mais les ressorts pour les faire apparaitre sont assez grossiers, voire carrément évidents (un sérum de vérité ?). On sent bien que le film, influencé par la vague Hunger Games, a voulu lui aussi développer son côté “action” mais propose au final un résultat sans relief. Alors oui, je me suis probablement moins ennuyé devant le deuxième opus que le premier. Mais son manque de prise de risque et sa stagnation n’en font pas de lui un film meilleur, au contraire. Il n’a pas l’excuse du premier essai.

 

Insurgent 3

DE L'ACTIOOOOOOOOOON

 

1 1

 
 

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !