Mad Max Fury Road

  Réalisation : George Miller

  Sortie : 2015

  Genre : Science-fiction post-apocalyptique

  Durée : 120 minutes

 

 

Mad max 5

Une pure folie

 

Enfin, Mad Max est sorti. Après une campagne marketing soutenue (qui n’a pas vu le trailer parmi vous ?) et 30 ans après le troisième opus, quand Max était encore Mel et quand Mel était encore Mel, Mad Max Fury Road, le dernier né de George Miller, débarque sur nos écrans dans le plus grand des vacarmes. Beaucoup de bruit, et puis ?

 

Is Max really the mad one ?

Un vrombissement de moteur. Des logos rouillés. Une première scène où Max Rockatansky (Tom Hardy), seul à côté de sa voiture et regardant à l’horizon, le désert à perte de vue, écrase un lézard et … le mange. Après une brève course poursuite, Max se fait capturer par une des tribus peuplant ce monde désolé et désertique, dirigée par Immortan Joe, leader charismatique et impitoyable qui règne d’une main de maître sur la citadelle. Marqué au fer rouge, muselé et utilisé comme un sac de sang par l’un des soldats de Joe, son avenir apparaît plutôt compromis au début de ce film. En parallèle, l’impératrice Furiosa (Charlize Theron), l’une des plus fidèles guerrières de l’armée d’Immortan Joe, décide de changer de direction alors qu’elle avait pour mission d’aller récupérer du pétrole et des munitions dans des villes voisines. Son objectif : sauver les “femmes” de Joe, captives et utilisées pour leur fertilité. A partir de cet instant se lance une longue course-poursuite qui animera le reste du film et dans laquelle Max sera impliqué de force, d’abord captif puis libéré.

Mad max 1

Ca n'a pas l'air très confortable...

 

Une merveille graphique

Le premier plan, et sa suite annoncent clairement la couleur : un style très marqué, un graphisme absolument impeccable. Qu’il s’agisse des scènes haletantes de course poursuite ocres en plein soleil ou les scènes de tension bleues la nuit tombée, Mad Max Fury Road aura l’effet qu’aura pu avoir un 300 sur vous. En beaucoup plus beau, beaucoup moins “comics” dans l’idée mais qui s’assume tout autant. Il y a fort à parier qu'il s'agira du premier film de ce type que vous aurez vu ; pour moi, ce fut le cas. Et presque tout ce à quoi on peut le comparer parait fade à côté. Son graphisme fait une très grande partie du travail, les images de synthèse et les explosions étant irréprochables, le plus impressionnant étant leur plausibilité. D’accord, la majorité de ce qui se passe dans le film fait passer un fast and furious pour une course d’auto-tamponneuses. Pour autant, la technique et l'enchaînement des actions (le montage et le fil scénaristique sont, eux aussi, irréprochables) le rendent cent fois plus plausibles que n’importe quelle scène dudit fast and furious. Une “qualité” que peu de films survitaminés aux explosifs possèdent. Ce qui ne l’empêche évidemment pas, bien au contraire, d’être complètement jouissif.

Mad max 4

Une scène dans la tempête de sable exceptionnelle

 

Fable post-apo, féminisme et Tom Hardy

La force de Mad Max Fury Road est sa capacité à nous offrir de l’action en flux constant tout en soignant son graphisme et son fil scénaristique. Le film ne s’embarrasse pas de détails inutiles, allant jusqu’à faire parler très (très) peu son personnage principal, mais en dit autant par les images et par le son que par quelques phrases. Tout ce qu’on peut comprendre de l’univers, on l’apprend à travers les péripéties du film et non pas grâce à des artifices alourdissant inévitablement le propos. Les enjeux du monde de Mad Max sont clairs : l’eau (et la végétation qui en bénéficie), le pétrole (et les grosses cylindrées qui en bénéficient) et les femmes (pour pouvoir mettre au monde des enfants sains). En prenant la tangente, Furiosa évite le premier et le deuxième enjeux pour se confronter au troisième. La liberté des femmes étant la raison-même de la course poursuite, le film en sort franchement féministe, notamment grâce à une Charlize Theron tenace et complètement badass.

Mad max 6

 Charlize Theron, transformée pour le rôle 

Pour autant, le film s’appelle bel et bien Mad Max. Nul besoin de le rappeler, car le rôle va comme un gant à Tom Hardy qui est crédible de bout en bout. S’il ne veut pas s’impliquer et est poursuivi par ses propres démons, Max finira par prendre parti dans cette course poursuite et tiendra le rôle central dans les nombreux affrontements entre les deux forces : les femmes qui veulent s’échapper et les hommes qui veulent les ramener “à la maison”. Il ne se présentera pas comme un héros, mais plutôt comme un allié bienvenu qui pourra lui-même trouver sa rédemption. Miller ne nous fait pas forcément voir énormément en termes de variété (peuplades, faune, …) mais le fait tellement bien qu’on ne s’en rend pas un seul instant compte.


Un film à couper le souffle

Accrochez-vous à vos sièges. Car si Mad Max est une réussite d’un point de vue graphique et technique, il l’est aussi d’un point de vue sonore et rythmique. L’action est constamment accompagnée d’un fond sonore d’une puissance phénoménale, qu’il s’agisse des vrombissements des moteurs, des explosions ou des riffs de guitare. Des basses à faire pâlir Inception... Qui plus est, le film ne s’arrête jamais. On a toujours quelque chose à se mettre sous la dent, et les rares temps morts sont toujours justifiés par la narration. Le film se présentant (et étant) clairement comme une course poursuite où les protagonistes vont du point A au point B au point A, il remplit sa promesse, et plus encore. Grâce à des personnages hauts en couleur, des scènes qui resteront dans les annales, un graphisme qui marque une nouvelle ère dans le cinéma, ce film se révèle comme une immense réussite. Avec Mad Max Fury Road, George Miller se pose comme le nouveau maître du film d’action (voire du post-apo). George Miller dit lui même avoir voulu revenir à l’essence du cinéma pour ce film. Chapeau M. Miller. C’est chose faite.

Mad max 2

See you in Valhalla!

5 1

 

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.