Arrival

  Réalisation : Denis Villeneuve

  Sortie : 2016

  Genre : Science-fiction

  Durée : 127 minutes

                                                    


Arrivalposter

Traduttore, traditore
 

Décidément, Villeneuve s’inscrit film après film comme l’un des réalisateurs les plus en vue du moment. Le voici donc après avoir exploré les ruelles mexicaines, à la tête d’un film de science-fiction à gros budget, dans la veine d’un Interstellar (mais en mieux).

 

La guerre froide des mondes

Alors que l’arrivée des extra-terrestres sur notre bonne vieille planète est l’un des thèmes les plus éculés de la S.F, Villeneuve réussit à nous proposer un angle intéressant  qui nous happe très rapidement dans l’histoire.

L’idée de génie est de nous raconter les événements à travers les yeux d’une linguiste (interprétée par la toujours impeccable Amy Adams). Pas de fusil laser, ni de bombe à neutrons donc, le nerf du film est la communication avec ces extra-terrestres. Comment les comprendre et comment se faire comprendre ? Autour de ce questionnement, Villeneuve nous plonge dans une atmosphère à la fois mystérieuse et angoissante. En effet, les intentions des extra-terrestres sont inconnues et l’humanité est de plus en plus angoissée. De plus, les vaisseaux ayant atterri dans différents pays, ce qui s’annonçait comme un effort coopératif se transforme rapidement en course contre la montre sur fond de guerre diplomatique.

 

2 1 640x427 1

Moi j'aurais parlé de foot directement, pour briser la glace

 

Cette partie du film est vraiment très réussie. La tension monte lentement mais sûrement et l’on ne voit pas le temps passer. La mise en scène millimétrée limite peut-être la force émotionnelle du film mais démontre une fois de plus que Villeneuve s'affirme comme l'un des réalisateurs les plus talentueux du moment.

 

Let’s twist again

Malheureusement, tout ce que j’ai aimé du film n’en constitue pas le coeur. En effet, sans vous révéler ce qu’il en est, et malgré toutes mes prières durant la première heure du film, Villeneuve n’a pas pu s’empêcher à l’instar de son poto Nolan de finir sur un rebondissement.

Et il faut avouer que l’importance de ce twist final oblige à repenser le film, tant il constitue la finalité de tout ce qui s’est passé avant. Au lieu de se contenter d’un (très bon) film sur notre comportement avec les extra-terrestres et le langage, Villeneuve a réalisé un film métaphysique sur l’amour, la vie, la mort, le temps et tutti quanti. C’est lourd, bâclé en fin de film et surtout ça n’a absolument aucun sens. Rassurez-vous, c’est loin d’être aussi crétin qu’Interstellar (avec cette fin, la comparaison est inévitable entre ces deux films), mais on aurait pu s’en passer…

Ou au contraire, non, il semble clair qu’il ne s’agit pas seulement d’un morceau du film mais bien du coeur même du film, de ce que Villeneuve a vraiment voulu faire. Il serait donc absurde de prétendre aimer Arrival sans prendre en compte cette partie. Ce serait comme si l’on aimait 2001 juste pour le rapport de l’homme et de HAL. Je n’ai donc pas aimé Arrival, même si j’ai passé un très bon moment devant le film.

 

Arrival denis villeneuve amy adams jeremy renner trailer 1

Un peu fumeuse cette fin de film, se dit l'héroïne

 

Difficile donc de juger ce dernier Villeneuve. C'est sûrement l'un des meilleurs film de SF de ces dernières années. Original et très bien filmé, il propose une nouvelle interprétation interessante du mythe de l'arrivée extra-terrestre. La fin du film le transporte cependant dans une autre dimension qui divisera le public. Dans tous les cas, on attend la suite de la filmo de Villeneuve avec impatience. (même pour le remake risqué d'un chef d'oeuvre).

 

3 1

                                                                            

Mehdi Khnissi

Enfant caché de Jean Grey et de Babar, je collectionne les bilboquets en bois.

Je regarde beaucoup de films longs et lents pour oublier l'absurdité de nos vies et je joue à FIFA aussi.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !