Captain America : Civil War

  Réalisation : Anthony et Joe Russo

  Sortie : 2016

  Genre : Super-héros

  Durée : 147 minutes

 

Captain america 3 civil war affiche

Diviser pour mieux (a)régner

 

Ça y est, la phase trois de l’univers Marvel est lancée. Qui aurait cru il y a une dizaine d’années que Marvel réussirait à implanter au cinéma sa notion d’univers partagé et de multiplier les films sans lasser les spectateurs ? Et pourtant, le planning de films à venir laisse peu de doute quant à l’ambition de Marvel de s’inscrire dans la durée et de continuer à investir son riche vivier de personnages et d’histoires.

La phase 2 a cependant montré quelques limites. Outre quelques bonnes surprises (Gardiens de la Galaxie ou The Winter Soldier), la majorité des films ont montré une certaine paresse et des faiblesses d’écriture inquiétantes.  Avengers 2, notamment, a été une grosse déception qui a sorti Joss Whedon de l’équation. Heureusement, les studios Marvel ont eu la bonne idée de transformer le troisième volet de la saga Captain America en nouvel opus Avengers pour compenser. En effet, la « guerre civile » remet sur la piste l’ensemble des protagonistes tout en se payant le luxe d’en introduire des nouveaux et pas des moindres : Spider-Man rebooté et Black Panther.

Quelques semaines à peine après le catastrophique Batman v Superman, Civil War était attendu au tournant. Mission réussie ou la machine Marvel est-elle en bout de course ?

 

Captain america civil war iron man

L'équipe des gens cool (sauf War Machine)

 

TUTO RECETTE : Comment réussir un bon film de super-héros ?

Ne tournons pas autour du pot, le film marche. Il marche même parfaitement bien. Les ingrédients semblent pourtant être les mêmes que dans la plupart des films Marvel : des scènes de baston entrecoupées de vannes, les mêmes têtes connues, un méchant assez peu charismatique. Et pourtant jamais ces ingrédients n’auront été aussi bien mariés. Pourquoi donc ?

D’abord contrairement à Avengers 2, les vannes non seulement sont souvent bonnes mais elles semblent rarement forcées. Elles découlent naturellement des situations dans lesquelles se placent les héros ce qui leur permet de faire mouche. Les scènes de combat sont aussi très réussies. On a beaucoup reproché à partir des trailers et des bandes annonces, les choix d’environnements du film : aéroport, bunkers, immeubles qui ne font pas rêver et montrent une certaine volonté de maîtrise des coûts budgétaires chez Marvel. En effet, le film pâtit d’un manque de spectaculaire et d'esthétisme dans ses plans et dans ses effets. Le film n’est jamais beau. Mais, à vrai dire, on s’en fiche un peu tellement les scènes d’action nous emportent dans leur dynamisme et leurs idées de chorégraphie. La scène de l’aéroport est sûrement la meilleure scène de combat d’un film de super-héros tant elle multiplie les duels et les surprises dans un rythme virevoltant. On a enfin vraiment l’impression de voir un comic-book prendre vie devant nous. Et, sacrebleu, ça fait plaisir.

Mais le film ne se résume pas à cette scène et distille ses bons moments tout au long du film. Le threesome Captain America/Iron Man/Bucky Barnes, déjà un peu dévoilé dans la bande-annonce, est  un autre exemple de scène d’action parfaitement réalisée. On sent que les frères Russo ont voulu donner aux fans ce qu'ils réclamaient : des combats intenses exploitant les pouvoirs des héros tout en gardant une certaine légèreté. C'est réussi.

 

Captain america civil war trailer teamcap low res

L'équipe des gens moins cool (sauf Hawkeye)

 

New challengers approaching

Mais si tous ces éléments semblent s’imbriquer si bien entre eux, c’est avant tout grâce aux personnages que Marvel a réussi à créer. Il n’y aurait pas de Civil War sans les deux premières phases de l’univers qui ont posé les bases de Iron Man, Captain America, Vision, Hawkeye, Ant-Man et les autres. Chaque personnage a déjà un capital de sympathie avant même que le film commence. Les réalisateurs n’ont plus qu’à s’appuyer sur ces fondations pour les utiliser avec brio le temps d’une scène ou deux.  Chaque personnage réussit ainsi à tirer son épingle du jeu, (même Ant-Man est meilleur que dans tout le film Ant-Man),  ce qui est loin d’être facile dès que les héros se multiplient (cf la saga X-Men) et rassure pour le prochain Avengers, lui aussi réalisé par la fratrie Russo.

Cette réussite dans la définition des personnages permet de faire passer un scénario qui, sans cela, serait un peu trop juste. En effet, le film, sans l’ignorer totalement, décide de s’écarter de la dimension profondément politique de l’œuvre originelle, pour s’attarder sur une histoire plus intimiste (et peut-être moins originale). Plus qu’à une opposition d’idées, les affrontements sont dus à un arbitrage entre émotions et rationalité. Quelle place pour l’amitié face à la loi et à la vengeance face à la justice ? On peut reprocher au film de perdre alors en ambition et en audace, pour revenir vers des thèmes plus confortables. C’est une critique justifiée, d’autant plus que la concurrence DC tente d’affronter directement des thématiques beaucoup plus larges et profondes. Cependant, l’ambition de DC donne pour l’instant des films pompeux et finalement assez crétins, tandis que Civil War, dans sa modestie, livre un spectacle de haute-volée. L’avenir nous dira si un film mainstream de super-héros arrivera un jour à concilier une dimension complexe (politique ou métaphysique) en gardant sa pêche et sa capacité à divertir. Pour l’instant profitons du plaisir que nous procure Civil War.

Et en plus de tout cela, Civil War réussit la tâche délicat d’introduire dans son univers de nouveaux super-héros de poids : Black Panther et Spider-Man. Le roi du Wakanda s’inscrit de manière intelligente dans l’histoire par le biais des Nations-Unies qui tentent de contrôler les Avengers. Son personnage a un rôle cohérent et important dans l’intrigue et surtout, le personnage fonctionne parfaitement du costume à sa chorégraphie féline de combat. On a hâte de voir le film dédié au personnage. Mais, évidemment, la véritable star du film est Spider-Man. Récupéré à Sony qui commençait à en faire n’importe quoi, Marvel le reboote et, dans un film pourtant déjà chargé en super-héros, parvient en quelques séquences à livrer l’incarnation la plus réussie du Tisseur. Jeune, maladroit, bavard et terriblement sympathique, on retrouve le Peter Parker que l’on adore sous les traits d’un très bon Tom Holland. Même le choix d’une tante May très différente des comics, est habilement moqué par Tony Stark.

 

Maxresdefault 3

Sûrement l'une des réussites les plus flagrantes du film

 

Civil War tend donc beaucoup plus du côté de la saga Avengers que des Captain America. Les frères Russo malgré un cahier des charges assez lourd s’en sortent brillamment et nous livrent un film de super-héros jouissif qui ne prend pas ses spectateurs pour des abrutis. Si l’on peut regretter un léger manque d’ambition, il est difficile de bouder son plaisir devant un tel spectacle. Les personnages, l’humour, les scènes d’actions sont solides et le film s’inscrit parfaitement dans l’univers Marvel. On a l’impression que les réalisateurs et les scénaristes ont réussi à récolter tout ce qui avait été semé par les précédents films pour nous proposer le meilleur des repas, tout en préparant l’avenir. La phase 3 commence sous les meilleures auspices. Espérons que les prochains films solos et notamment le prochain Doctor Strange ne retomberont pas dans les travers de la phase 2. En attendant, Marvel règne en maître.

 

4 1

 

Mehdi Khnissi

Enfant caché de Jean Grey et de Babar, je collectionne les bilboquets en bois.

Je regarde beaucoup de films longs et lents pour oublier l'absurdité de nos vies et je joue à FIFA aussi.

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.