Carol

  Réalisation : Todd Haynes

  Sortie : 2016

  Genre : Drame

  Durée : 118 minutes

                                                                            

Carol movie poster

A Christmas Carol

 

Présenté au Festival de Cannes l’année dernière, Carol de Tood Haynes sort seulement sur nos écrans. Le film est tiré d’un roman de 1952, The Price of Salt, sur une histoire d’amour entre deux femmes : Carol et Therese.

Si vous cherchez une expérience unique ou une nouvelle façon de faire le cinéma, passez votre chemin. Carol s’inscrit en effet dans le genre des « films à oscars » et respecte un académisme léché. Ce classicisme n’empêche pas Haynes de montrer son talent de cinéaste, le film, servi par une très belle photographie, ne se dépare jamais d’un voile de beauté léger et sensible qui n’étouffe pas les personnages et les émotions. Le réalisateur évite l’écueil du grand film d’époque à message et réussit à s’installer à côté de ces deux femmes qui sont le cœur de la narration.

 

Carol2 xlarge

Tout au long du film, un subtil jeu de regard sert de vecteur aux non-dits

 

La grande réussite de Carol est de faire vivre la passion entre Carol et Therese (à prononcer en anglais pour ne pas casser le charme), au-delà de l’argument du film. L’histoire d’amour qui unit ces deux êtres dépasse la question de l’homosexualité. Le film épargne d’ailleurs au spectateur des scènes attendues et appuyées sur la difficulté d’être homosexuel dans les années 60, sans occulter cet obstacle presque infranchissable. Cette subtilité et cette finesse dans l’approche du réalisateur donnent d’autant plus de force (et d’intérêt) à l'histoire passionnelle.

Thumbnail 23104

Cette photo sert à justifier le calembour gratuit du titre de l'article

 

La caméra s’attarde souvent sur le visage des protagonistes. C’est en effet à travers ses actrices que Todd Haynes veut faire passer la force émotionnelle du récit. Pour cela, il fallait donc des actrices de haut niveau et on peut dire que Cate Blanchett et Rooney Mara dans des styles très différents relèvent haut la main le défi. Le personnage de Therese, est pour moi, le plus fascinant. Cette fille qui ne sait rien refuser et qui vit balloté par les flots sans réelle volonté est pour la première fois de sa vie confrontée à un sentiment qui lui donne une raison de vouloir et lui permet de se créer une identité. Carol lui sert à la fois de révélation et d’élévation. Son évolution , à travers l’épreuve du désir, est le véritable fil rouge du film. C’est d’ailleurs elle qui aura le destin de leur relation entre les mains à la fin du film.

 

File 607874 carol clip cannes

Rooney Mara prouve son talent d'actrice

 

Carol est donc un film beau et sensible qui ne révolutionne pas le genre mais qui livre un récit d’émancipation de deux femmes qui brisent chacune de leur manière, le carcan qui les empêchait de s’affirmer.

4 1

Mehdi Khnissi

Enfant caché de Jean Grey et de Babar, je collectionne les bilboquets en bois.

Je regarde beaucoup de films longs et lents pour oublier l'absurdité de nos vies et je joue à FIFA aussi.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.