300 : la naissance d'un empire

  Réalisation : Noam Murro

  Sortie : 2014

  Genre : Peplum

  Durée : 102 minutes

 

 

300 la naissance d un empire

This is totally not Sparta. At all.

 

Qui dit succès commercial dit ? Suite bien entendu ! Le cultissime 300 ne déroge pas à la règle et nous offre en 2014 une suite remarquable. En général, on dit que les suites sont bien pire que les originaux. 300 en est sûrement le meilleur exemple. Probablement dans mon top des pires purges de tous les temps.

 

Place aux athéniens

300 : la naissance d'un empire n'est pas vraiment une suite de 300. Ça n'est pas vraiment une préquelle non plus. C'est-à-dire que pendant que nos 300 spartiates se sont fait décimer par l'armée de Xerxès, ce dernier en a profité pour attaquer les athéniens, le coquin. Enfin c'était plutôt les spartiates qui ont permis aux athéniens de tenir plus longtemps. Bref, tout ça est plutôt confus et c'est dans le chaos le plus total qu'on nous présente un nouveau héros, Thémistocle, général et héros de guerre. Si on retrouve un schéma assez proche de celui de 300, il faut reconnaître qu'on est privé d'une grande part d'épique puisque la taille des deux armées n'est pas autant déséquilibrée, qu'il n'y a pas vraiment de suspense ou de moments forts, marquant. On nous abreuvera de flashbacks sur le personnage de Xerxès, qui nous indiffère autant que dans le premier film, et sur la création de l'empire perse. Les athéniens sont aussi torse nu mais tout de même beaucoup moins impressionnants que les spartiates et même moins kitsch. Si l'on pouvait s'amuser des discours creux du premier 300, on les maudit dans cette suite qui nous donnera souvent envie de tourner la tête et de regarder ce qu'il se passe dehors, si l'on a eu la bonne idée de ne pas aller le voir sur grand écran.

 

Léonidas est mort ? On est foutu !

La grande différence entre 300 et la naissance d'un empire (d'ailleurs, pourquoi appeler un film 300 alors qu'il n'a plus rien à voir avec les 300 spartiates, mais bon, ça doit être moi), c'est le casting. Là où le papa avait su se sauver grâce à des personnages hauts en couleur : Léonidas, personnage central est remplacé par un pâle athénien bien moins intéressant et charismatique. Le personnage féminin passe dans les mains d'une Eva Green pas très aidée, dans probablement l'un de ses pires rôles, en tant que chef de guerre de l'armée perse et maîtresse manipulatrice à peine clichée. C'est presque dommage de voir des acteurs comme la française se perdre dans des grands films d'une absurdité abyssale, sans fond, sans forme, sans rien. Pas de sidekick rigolo du type Michael Fassbender, un côté fantasy très très faible, là où on a eu le droit à quelques combats mystiques plutôt sympatoches (mais sans plus) chez le papa. 300 : la naissance d'un empire arrive à tout rater, ce qui est une performance en soi je vous l'accorde, mais ne parvient pas même à se rattraper par quelques moments plus légers ni en se démarquant de son prédécesseur. Et je pense que c'est avant tout dû à l'absence totale de personnalité et d'identité dans ce film. En complète opposition avec ce que je pense être un film volontairement kitsch et qui en fait volontairement trois fois trop : 300.

 

Absolument sans intérêt

Inutile d'épiloguer sur le film qui présente peu, voire aucun intérêt. Si 300 avait su profiter correctement d'un style visuel atypique en reprenant le procédé de Sin City, La naissance d'un empire ne prend aucun risque (puisqu'il utilise tous les procédés déjà utilisés dans le premier) ou plutôt en prend beaucoup trop sans jamais nous convaincre. Des batailles pseudo-épiques dans un style visuel déjà vu et dont l'investissement émotionnel est nul et qui ne se démarquent pas de 300, des personnages plats et inintéressants s'écrasant un à un au combat ou dans des flashbacks en filler qui tombent totalement à plat. Des rencontres entre les deux camps inutiles et irréelles (bon, je reconnais que déjà dans 300 c'était plutôt le cas). Voilà tout ce que pourra nous apporter la naissance d'un empire. J'ai même du mal à croire qu'il puisse convenablement divertir, sauf si l'on ne recherche absolument aucune qualité dans le film, même en tant que divertissement. Ce film ne s'adresse qu'à ceux qui ont aimé le premier film et qui n'ont pas accordé d'importance à son fond ni à ses protagonistes, mais qui veulent une redonne sur mer et sur terre avec des personnages moins intéressants. Ou qui ont tellement apprécié le scénario du premier qu'ils veulent en savoir plus. Mais ça, j'en doute.

0-1

 

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !