Cannibal Holocaust

  Réalisation : Ruggero Deodato

  Sortie : 1980

  Genre : Horreur

  Durée : 98 minutes

 

Ch 4

Un mal pour un mal ?

 

Un certain nombre de films ont provoqué des tollés quand ils sont sortis, puis ont été défendu au fil des années pour finalement devenir des classiques voire des films cultes. Parmi eux, on peut notamment parler de Cannibal Holocaust, précurseur de l’animal snuff movie, du found footage et volontairement “subversif” (je le mets entre guillemets parce que tout est “subversif” de nos jours). Mais le jeu en vaut-il la chandelle ?

 

 

Un documentaire qui se politise sur la fin

 

Cannibal Holocaust, pour le commun des mortels, c’est avant tout des scènes plutôt dégueulasses, un film pas jojo et qui va dans “l’extrême”, là où peu de films sont allés. Mais la “valeur cachée” - qui n’a de valeur et de cachée que le nom - du film tient avant tout dans sa narration, les scènes extrêmes n’étant là que pour appuyer avec une main très lourde le message du film. Le film est divisé en deux parties. La première consiste en la récupération des pellicules de reporters américains partis en Amazonie pour rencontrer et filmer une tribu anthropophage. La seconde montre ces pellicules et la réaction qu’elles suscitent chez les personnes qui les retrouvent. La première partie est sensée pousser le spectateur à dénigrer la tribu qui a des pratiques qu’il juge inhumaines, notamment à travers une fabuleuse scène de viol rituel avec un objet pas forcément adapté. La seconde, quant à elle, est sensée montrer l’horreur de l’homme blanc, qui fait tout pour filmer du sensationnel, l’un des reporters allant jusqu’à crier “Pense au film !” alors que la jeune femme qui l’accompagne est en train de tranquillement se faire violer par tout le village et tuer sous l’oeil de la caméra. Et les spectateurs de ce film - dans le film - de regretter leur découverte.

 

Ch 2

Plutôt que de mettre des images de films, je mets des photos de chaton.

 

 

Moche et évident

 

Une seule question me vient après visionnage du film. Pourquoi ? Peut-être parce que c’était ma première expérience avec un film du genre, ou sûrement parce que le film n’a à mes yeux que peu de valeur ajoutée par rapport à d’autres films qui traitent du même sujet mais différemment, j’ai trouvé le film inutile. Je ne regrette pas spécialement de l’avoir vu, mais je ne le conseillerai à personne. Pour moi il ne porte aucune valeur de plus que, par exemple, un film sur la guerre du Vietnam, qui ne traite pas exactement du même sujet mais qui peut arriver à la même conclusion (et combien sont-ils à être excellents ? Au moins 4).

 

Par contre, des moins-values, j’en vois un paquet. Notamment le sacrifice d’un certain nombre d’animaux qui apparaît inutile et révoltant à l’image (c’est presque la mort de la tortue qui m’est restée le plus à l’esprit). Le réalisateur a dit vouloir dénoncer le sensationnalisme, mais tombe lui-même dans ce qu’il critique. Le film n’est là que pour nous apporter des scènes qui choquent mais qui ont tendance à se répéter à la longue. Pour un message qui finalement n’avait pas besoin de tout ce drama. Dans ce film, je n’ai pris partie ni pour les indigènes, ni pour les reporters, ni pour personne. Sa déshumanisation volontaire en fait perdre toute conclusion valable, là où d’autres films choquants auront su conserver une ligne directrice. Oui, oui, l’homme blanc est un enfoiré. Est-ce que j’ai besoin de voir oiel pour oeil (décapitation pour décapitation) et dent pour dent (viol pour viol) entre indigènes et américains pour m’en convaincre ? On doit se dire quoi ? Que c’est bien fait pour eux ?

 

Ch 3

Mais c'est un gentil chaton ! Mais oui c'est un gentil chaton !

 

 

Inutile ?

 

Inutile, j’ai utilisé le mot au-dessus, et il peut paraître fort. Déjà parce que un certain nombre de personnes pourront me dire qu’ils ont trouvé le film éclairant, révoltant (dans le bon sens) et qu’un film du type devait être fait. Si je suis en total désaccord avec eux, c’est aussi parce que les scènes ne m’ont pas forcément touché (sauf les sacrifices d’animaux, qui représentent tout de même le summum de l’inutilité). Et on peut se demander pourquoi ne pas être affecté par des scènes de viols graphiques, de torture, de meurtre. Tout simplement parce que l’impression que donne le film n’est pas de choquer pour faire comprendre (comme dans La Grande Bouffe de Ferreri) mais de choquer pour choquer.

 

Et là où le film exagère, ce n’est pas justement sur les scènes graphiques, mais sur son pseudo-message. Combien de fois entendons-nous “dans la jungle, c’est la loi du plus fort” dans le film ? Combien de fois le réalisateur appuie-t-il son soi-disant rejet de la recherche du spectaculaire, pendant qu’il sacrifie des animaux pour les afficher à l’écran ? Un bon film, c’est aussi un film qui sait se taire pour faire parler l’image. Avec Cannibal Holocaust, on a le droit à des scènes révoltantes entrecoupées de commentaires. Regardez ce viol. C’est révoltant hein ? Vous avez vu cette décapitation ? Les américains sont vraiment dégueulasses !

 

OK, j’ai compris, arrête toi tout de suite, film. Tu ne m’auras pas à ton petit jeu. Je ne me laisserai pas berner par ton sensationnalisme pour trouver chez toi un message absolument pas défendu. Tes justifications ne m’atteignent pas, j’ai bien compris que tu voulais juste me montrer des scènes infâmes. Tout ton processus est malsain, tu n’apportes rien, si ce n’est le véritable début du found footage. Probablement l’une des seules raisons pour laquelle j’ai visionné Cannibal Holocaust, assurément la seule raison pour laquelle il m’aura servi dans ma “culture” cinématographique. Car finalement, ce film me laisse indifférent, et restera dans les limbes - là où il doit reposer.

 

Ch 1

Hohoho, qu'il est mignon ce petit chaton !

 

0-1

 
 

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !