Gone Girl

  Réalisation : David Fincher

  Sortie : 2014

  Genre : Thriller

  Durée : 149 minutes

 

 

Gone girl

Add it to the list

 

Depuis ses débuts, David Fincher nous propose des scénarios présentés comme bien ficelés, intelligents, voire surprenants. Que ce soit Fight Club ou se7en, The Game, ses films ont souvent rencontré le succès auprès de la presse et des spectateurs. Toujours le cas avec Gone Girl ?

 

Un schéma un peu usé

Ah, Fincher, ce maitre de l’imprévisible. Comment savoir qui est le meurtrier dans Se7en ? Quel est le mystère sous les coups dont est victime Michael Douglas dans The Game ? Qui a volé l’orange du marchand ? J’ai toujours trouvé qu’à la manière d’un Shyamalan, les films de Fincher se prenaient souvent au sérieux. Et Gone Girl ne fait pas exception : des personnages caricaturaux (un flic compréhensif et un flic suspicieux, une femme froide et manipulatrice, des rednecks en quête d’argent, une présentatrice TV indescriptible), une fin semi-prévisible (parce que j’avoue, les dernières minutes ont quelque peu éveillé mon intérêt), et surtout, surtout un film interminable. Quand il s’agissait de The Social Network, cela ne me choquait pas, d’abord parce que ça n’était pas un thriller, et ensuite parce que je pouvais apprendre quelque chose. Avec Gone Girl, l’intrigue était tellement évidente et le film tellement long à se dévoiler (sur l’ultime fin) que j’ai bien failli m’assoupir.

Gone girl 1

What does she think ?

 

Des acteurs à leur place

Sur un point, on peut dire que Fincher ne se trompe pas. En plus de ne pas être fan de la première heure de Fincher (même si j’ai apprécié plusieurs de ses films), c’est surtout Ben Affleck que je ne porte pas dans mon cœur. Et pourtant, il était parfait dans son rôle de mari insipide et abusé. Rosamund Pike était elle aussi parfaite dans son rôle de femme à la beauté froide, manipulatrice et détestable. Tout comme Neil Patrick Harris en tant que jeune riche. Et le problème est bien là : rien n’est laissé au hasard. Pour être plus précis, qu’il s’agisse des acteurs ou de l’intrigue, tout se passe exactement comme on aurait pu l’attendre, les surprises se font rares et les rebondissements sonnent régulièrement forcés. « Je croyais qu’on ne serait pas ce couple-là », réplique de Ben Affleck, ou réplique de n’importe quel autre film qui met en scène un couple ? Cinema Sins se fera une joie d’énumérer toutes les caricatures du film.

Gone girl 2

Duuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh

 

Un climax bien trop tardif

Oui, je l’ai déjà dit, le climax m’a paru plutôt intéressant. Pour ce qui est du reste du film, en revanche… Le souci principal étant justement que pour arriver au sort cruel d’Affleck (ô joie), il a fallu naviguer pendant plus d’une heure et demie dans un scénario qu’on pouvait prédire à la minute. Et oui, la scène finale est particulièrement poignante, certaines bribes du film restent un petit peu surprenantes, mais on ne peut se permettre de considérer Gone Girl comme une réussite. Ce film reste un scénario qui ne laisse rien au hasard, des acteurs castés au poil, pour un taux d’intérêt proche du néant. Et dans cette économie, on aimerait bien que le taux d’intérêt grimpe un peu (blague sur le film, c’est super drôle mais n’allez pas le voir pour comprendre).

Gone girl 3

Moi aussi je préfèrerais prendre un bain

2 1

 

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !