Il était temps

  Réalisation : Richard Curtis

  Sortie : 2013

  Genre : Comédie Romantique, "Fantastique"

  Durée : 123 minutes


 

Il tait temps

Il était temps … que ça finisse

 

Certains films s’assument comme des films fantastiques portant une ou plusieurs intrigues et essayant souvent de mettre en lumière un univers ou un fait particulier. D’autres s’assument en tant que comédie romantique, souvent assez peu novatrice et d’un ton léger. Il était temps arrive à n’être ni l’un ni l’autre ni un mélange des deux.

 

Mon fils, tu voyageras dans le temps

Tim vient d’avoir 21 ans. Son père lui apprend alors qu’il peut voyager dans le temps, comme tous les membres masculins de sa famille. Et c’est à peu près à ce moment (début du film) qu’on dit adieu aux espoirs d’utilisation intéressante de ce don. Car non trop heureux de bénéficier de cet atout, il ne l’utilisera pendant tout le film que pour une chose : trouver une petite amie. Tim n’est pas bien difficile à contenter, la moindre fille qui s’intéresse à lui devenant instantanément l’amour de sa vie. Et c’est dans cette vaine quête que notre héros s’embarque, toujours conseillé par son père (qui est aussi son meilleur ami, comme n’importe quel aucun père) pour trouver une petite amie / l’âme sœur, car je ne saurais appuyer davantage son obsession pour le fait d’être en couple que de trouver celle qui lui convient (et par magie, celle qu’il choisit après s’être pris un premier râteau lui convient).

 

Douloureux

C’est le mot qui décrit le mieux les deux heures passées devant ce film. Soyons d’accord sur un point : je sais que ce film est une comédie romantique et je sais à quoi m’attendre en ce qui concerne les canons du genre. Sauf que s’il n’y a aucune surprise, qu’un seul moment dans le film qui fait rire (je reconnais que quand il dit à ses beaux-parents que sa petite amie ne pratique pas le sexe oral, j’ai ri, je suis faible), des personnages assez peu charismatiques (on se demande comment le personnage principal arrive à ses fins. Ah mais si bien sûr, il remonte dans le temps), la rom com perd rapidement tout son intérêt (aussi fin soit-il à la base). La volonté de faire reposer le film sur une base fantastique étant déjà plutôt ratée, celui-ci ne fait que glisser minute après minute vers une niaiserie plus qu’assumée.

 

Au-delà d’une histoire, une morale

Bien plus que les relations d’une famille parfaite et unie, comme on n’en rencontre partout nulle part, ce film nous apprend avant tout que si vous êtes roux, vous ne pourrez choper que si vous avez le pouvoir de remonter dans le temps. Enfin, vous pourrez choper mais pas en dehors de votre ligue attention, il faut tout de même rester crédible... Et tant qu’à faire, profitez-en pour bâtir une relation sur des mensonges et des faits répétés jusqu’à ce qu’ils paraissent assez naturels ! Comment ça, leurs sentiments sont sincères ? Non, non, c’est juste la répétition qui fait ça. Et un mal de tête aussi.

1 1

(1 pour la blague de sexe oral. Parce que c'est facile mais le comic relief c'est déjà ça)

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

12 votes. Moyenne 3.75 sur 5.