La Plage

  Réalisation : Danny Boyle

  Sortie : 2000

  Genre : Drame

  Durée : 115 minutes


Plage 2

Ze biche

 

Quand Danny Boyle réalise un film, il ne laisse personne indifférent. Il fait partie de ces réalisateurs qui nous ont offert des films qui ont marqué leur époque et qui restent dans les mémoires. Puis il nous a offert quelques navets aussi. Dont La Plage.

 

 

Richard is so cool

 

Richard est un jeune beau-gosse américain parti en Thaïlande hors des habituels sentiers battus pour vivre une expérience nouvelle. Il rencontre Daffy, un mec plutôt cinglé qui lui parle n’importe comment d’une île paradisiaque sur laquelle vit un groupe de personnes cachées du reste du monde. Après avoir retrouvé le cadavre du singulier Daffy, il retrouve une carte menant à l’île sur sa porte et décide de convaincre un couple de français dont la fille, Françoise (Virginie Ledoyen) l’intéresse beaucoup. Grâce à Etienne (Guillaume Canet), ils parviennent finalement sur l’île et trouvent là une vie rêvée au sein d’une communauté soudée. Mais ce qui parait bien se passer au début commence à se révéler toxique dans la mesure où des membres du groupe sont prêts à tout pour garder le secret sur l’île. Morts, tromperie, menaces, rien ne sera de trop pour garder l’intégrité de la communauté qui se trouve sur l’île. Quitte à perdre son humanité au passage.

 

Plage 3

En nageant ? En plus d'être chiants ils sont cons...

 

 

Un ado de 14 ans sous acide

 

Le film se découpe en deux parties. La première montre le cheminement de Richard, Françoise et Etienne vers l’île et leur intégration. Je ne vois qu’une possibilité pour cette partie. Elle a été écrite par un adolescent de 14 ans qui se posait constamment la question “qu’est-ce qui serait vraiment mega-cool ?”. On aura le droit aux incessantes phrases creuses mais qui sonnent vraiment super bien quand tu as 14 ans de Di Caprio dont le personnage est complètement insipide. Il veut constamment se prouver quelque chose et même s’il aurait dû apprendre un petit peu à la fin, il a tendance à regretter le temps où il était un jeune blaireau qui voulait voler la copine des autres et était un merdeux. Mais ce sentiment ne s’arrête pas là tant les moments forts et phrases énigmatiques des personnages paraissent surréalistes. Jamais. Personne. Ne. Dirait. Ça. En. Vrai.

 

Plage 4

Duuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh

 

La deuxième partie concerne la descente aux enfers de Richard puis de la communauté. Richard est ensuite plus ou moins exilé jusqu’à ce qu’il règle le problème qu’il a créé. Seul dans la jungle, il craque complètement. Enfin, c’est plutôt Danny Boyle qui craque complètement, sa version de la folie paraissant … étrange. Déjà, pourquoi la scène où Leo est dans un jeu-vidéo et y joue très - très - mal ? Et je ne sais pas si c’est parce qu’il était jeune, mais d’insupportable, le personnage de Di Caprio passe à incroyable. J’ai déjà émis des doutes sur la capacité de Leo de jouer certaines émotions, certains états et sa folie ne me convainc pas des masses… Pas un seul moment dans La Plage ne nous pousse à dire : “ceci n’est pas un film”. Et comme La Plage n’est pas divertissant, on reste avec assez peu sous la dent.

 

 

Une réflexion sur la société

 

Si l’on met de côté les très nombreux problèmes du film, on en trouve encore d’autres. Car en plus de nous proposer un jeu d’acteur douteux et un ton très niais, il s’enfonce dans une forme de racisme sur fond plastique irréaliste. Les bouts choisis de la culture thaïlandaise sont grossiers, évidents et caricaturaux, alors que le groupe sur l’île est blanc en immense majorité et avant tout occidental. Et si on peut penser un instant que Boyle veut remettre la vérité à sa place en faisant s’écrouler la société des occidentaux bienheureux, on se rend vite compte qu’il compte le faire avec un peu plus de clichés et un peu plus de surréalisme. L’environnement était déjà “paradisiaque” dans la version la plus extrême et caricaturale possible. Et Richard, le héros, n’a clairement rien compris de l’expérience qu’il vient de vivre. Il reste le même blaireau qui va continuer de mettre des étoiles dans les yeux des gosses de l’époque. Parce que je vois mal La Plage marcher avec quiconque aujourd’hui tant le film parait gros et incroyable. A jeter.

 

Plage 1

On a l'air con là, non ?

 

1 1

 

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !