Rubber

  Réalisation : Quentin Dupieux

  Sortie : 2010

  Genre : Comédie / Drama / SF

  Durée : 82 minutes

 

Rubber 4

No fucking reason

 

Mr Oizo n’est pas un musicien comme les autres. Sa musique électronique est souvent saccadée, étrange la plupart du temps, et pourra même vous donner envie d’arrêter de l’écouter. Mais Mr Oizo, c’est aussi Quentin Dupieux. Un réalisateur au talent aléatoire. Qui fait des films sur des pneus qui tuent.

 

Des choix classiques

 

Rubber met en scène un pneu, Robert, dans le désert. Robert semble être un pneu comme les autres, jusqu’à ce qu’il se lève et roule par lui-même. Sa première réaction, c’est celle de l’instinct. Un pneu est fait pour rouler sur des choses, du coup Robert essaye de rouler sur ce qu’il rencontre : une bouteille. Mais Robert n’est pas satisfait de sa condition actuelle. Il se sent trop faible et veut assouvir sa soif de destruction. Il décide donc d’attaquer les êtres vivants qu’il rencontre grâce à ses pouvoirs psychokinétiques. Robert n’a qu’à se concentrer, il finit par vibrer et envoyer des ondes vers sa victime qui font exploser son cerveau. Mais Robert se sent seul. Il rencontre une jeune femme qu’il trouve à son goût et finit par la suivre. Ce que Robert ne sait pas, c’est qu’il est observé par un groupe de gens dans le désert à l’aide de jumelles. Après qu’on eut apporté de la nourriture à ces observateurs, ils meurent assez péniblement, alors que l’un d’entre eux décide de ne pas manger. Et Stephen Spinella arrive aussi dans le coffre d’une voiture, après que le conducteur a renversé les chaises en bois qui étaient sur le chemin dans le désert. Un synopsis assez banal.

 

Rubber 2

Robert va tester ses pouvoirs

 

Dégonflé

 

On peut mettre en doute certains choix du réalisateur tant la narration prête parfois à confusion. Par exemple, le pneu a des pouvoirs psychokinétiques. Mais nous ne savons pas comment il les a eu. Je pense qu’une origin story peut avoir son intérêt. Par ailleurs, l’action se déroule dans le désert, et Robert semble utiliser beaucoup d’énergie, ce qui devrait au moins l’user un petit peu, ce qui n’est pas du tout le cas. Si vous voulez mon avis, le film n’est pas très clair sur ce point non plus. Et pourquoi soudainement un observateur décide de ne pas manger la nourriture ? Elle a l’air très bonne en plus, moi je sais que si j’avais été là, à observer ce pneu dans le désert avec des jumelles, j’aurais certainement cassé la croûte. Mais non, M. Dupieux n’en fait qu’à sa tête et propose des choses plus que douteuses. Tout cela ne serait que peu de choses s’il n’y avait pas eu l’épisode de la bouteille au début du film. Robert essaye effectivement de détruire une bouteille en plastique par la seule force de sa gomme. Le film aurait pu être une fabuleuse histoire de dépassement de soi, et décide sans raison de donner des pouvoirs au pauvre pneu. Non M. Dupieux. Je ne suis pas d’accord.

 

Rubber 1

Robert contemple la destruction

 

Mais pourquoi ?


C’est la question que l’on se pose tous. Pourquoi, pourquoi avoir fait ces choix M. Dupieux. Vous m’avez diverti, avec vos absurdités et vos conneries, mais de là à savoir pourquoi… Oui, des moqueries sur les films d’horreur, c’est très drôle, surtout quand on prend quelque chose d’aussi ridicule qu’un pneu. Oui, l’absurde m’amuse beaucoup. Évidemment que l’on connaît la réponse à cette question. Évidemment puisque Stephen Spinella nous la donne au début du film. Mais on continue de se la poser pendant toute la diffusion, l’oubliant rarement tant le propos est constamment absurde. C’est presque cette constance qui est la plus impressionnante, car on a du mal à se raccrocher à quoi que ce soit de connu dans ce film, si ce n’est quelques très rares réactions qu’on aurait pu soi-même avoir. Mais elles sont bien trop cachées et infimes face au flot d’absurdités qu’il m’est impossible de vous expliquer pourquoi j’ai apprécié ce film. Alors, pourquoi M. Dupieux ? No Fucking Reason.

 

Rubber 3

No Fucking Reason

 

3 1

 

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !