2014 : Le top 10 (2) !


 

La fin d’année est synonyme d’élaboration de tops. L'équipe de Coup-Critique vous propose donc les siens. Je continue les festivités avec ma liste. Et l'année 2014 aura définitivement marqué ma vie de cinéphile. Et pourtant, je n'ai pas vu Interstellar (mais on m'a soufflé que ça avait ses bons côtés) ni le dernier opus de The Hobbit. A noter, peu de films en rapport avec la liste de mon ami Mehdi (d'ailleurs si vous avez envie de vous emmerder c'est par là : Liste de films assez douteuse de Mehdi). Quoi de plus naturel :

 

            1. Les Gardiens de la Galaxie, James Gunn

 

Gg3

 

Pour moi, le film de l'année. Ce qui m'a presque le plus dérangé, c'est que je n'ai retrouvé mon ultra-enthousiasme pour ce film chez personne, de même que mon dégoût pour le second opus de Captain America a pu paraitre démesuré pour beaucoup de personnes. Tout est pourtant au poil dans ce film : un casting top, top, top (même si je ne porte ni Vin Diesel, ni Bradley Cooper dans mon coeur) avec un Chris Pratt qui a tellement grandi depuis Parcs and Recreations (que je vous conseille si vous avez aimé The Office), une B.O. magique, l'une des meilleures que j'ai entendues depuis de longues années, un rythme adapté du début à la fin, des effets spéciaux à foison mais réussis et pas vomitifs. Bref, si j'ai tout de même hésité entre celui-ci et les deux prochains films de ma liste pour la place de 1er, il l'a finalement emporté car cela fait bien longtemps qu'un film m'a procuré autant de sensations. Et m'a fait rire du début à la fin. Un battle de danse ?

La critique

 

             2. Her, Spike Jonze

 

Her movie

 

Je ne vais vous refaire un topo sur ce film, Mehdi en parle sûrement mieux que moi. Ce film m'a fait un tel choc qu'il m'a fallu plusieurs dizaines de minutes pour m'en remettre. Vous savez, ces films qui vous font complètement partir après visionnage dans vos pensées les plus profondes (ou pas) et fixer le plafond en réfléchissant à ce que vous venez de voir. Et la fin est si triste... Un film qui reste parfois dérangeant dans les questions qu'il pose, mais avant tout magnifique. Et en plus, Chris Pratt joue dedans.

La critique

 

             3. The Lego MovieChris Miller et Phil Lord

 

Box office us du 9 fevrier la grande aventure lego est le premier gros carton de 2014 portrait w532

Non, non, non, ce film n'est pas génial. Ce film, il est AWESOME ! Car un film de cette qualité scénaristique et visuelle se regarde en anglais (OBVIOUSLY). Car Will Ferell n'est pas le clou du film, mais bien Emmet, ce petit bonhomme lego, ouvrier de sa fonction qui suit les règles à la lettre. La liste des clin d'oeil présents dans le film est gigantesque, des master-builders aux innombrables franchises, sans passer à côté du duo Jonah Hill (Green Lantern) / Channing Tatum (Superman) de 21 jump street. En plus, vous connaissez la voix d'Emmet est une valeur montante de l'industrie cinématographique. Vous savez, il joue dans Zero Dark Thirty ? Un indice, je l'ai déjà cité deux fois depuis le début de ce top...

 

            4. Dallas Buyers Club, Jean-Marc Vallée

Oui monsieur, je triche en mettant un film sorti en 2014 en France et pas aux Etats-Unis. Après tout pourquoi pas, je ferai la même chose avec Foxcatcher l'année prochaine donc autant établir un précédent... Un film que je n'aurais certainement pas regardé si Mehdi ne m'avait pas tenté avec sa critique, même si ses oscars m'auraient sûrement fait de l'oeil un peu plus tard. Un Matthew Mac... Un acteur américain à son sommet (parce que soyons honnêtes, personne ne sait écrire son fichu nom), qui a repris depuis une vingtaine de fois le même jeu d'acteur pour ses autres films (d'ailleurs, je l'ai préféré dans Le Loup de Wall Street, mais bon, je m'égare, bisous Léo) et bien entendu un Jared Leto flamboyant(e).

La critique

 

            5. Nightcrawler, Dan Gilroy

 

Night call

Et pourtant, le film n'est pas si bien que cela. Mais c'est pour cet homme-là, juste au-dessus, que le pauvrement renommé Night Call (car Nightcrawler retransmet tellement mieux le film) devient génial. Une performance à couper le souffle, aidée par une métamorphose de l'acteur et un jeu d'acteur au top. On a longtemps décrié Jake Gyllenhaal, à mon avis à tort, à cause de certains films comme Prince of Persia. Bon, mesdames, messieurs, tout le monde fait des erreurs, revoyez votre jugement et allez voir Donnie Darko, puis Nightcrawler. Le film est un peu lent et pas très inspiré, mais Gyllenhaal y est magistral en tant que chercheur de scoop lobotomisé.

 

             6. Edge of Tomorrow, Doug Liman

Edge 1

Jouer un blaireau ou dans un film de science-fiction. Voilà les deux rôles de la vie de Tom Cruise ; et cela lui convient parfaitement. Cet Edge of Tomorrow est une bonne surprise, un divertissement qui, malgré ses défauts, reste convaincant et addictif. Un cran au-dessus d'Oblivion, il propose des idées pas encore explorées au grand écran. Et en plus, il y a des extra-terrestres, et on voit Tom Cruise mourir en boucle. Avouez que rien que pour ça, vous voulez le voir.

La critique

 

            7. Enemy, Denis Villeneuve

Enemy

Je peux vous dire qu'au moment où j'ai visionné ce film, il ne faisait pas partie de mon top 10 de 2014. Pire, il faisait certainement partie de mon flop. Le fait que je n'aime pas les araignées a dû jouer. Mais avant tout, un sentiment persistait : qu'est-ce qu'il vient de m'arriver ? Ce film est pour moi le plus dérangeant de l'année 2014. Un malaise complet - qui, avec le recul, est parfaitement justifié par le scénario. M'étaler me parait compliqué pour Enemy, tant le scénario est simple au premier abord et plus élaboré au second, et il vous faudra certainement beaucoup de recul pour l'apprécier à sa juste valeure (parce qu'il m'en a fallu). Un must see, même si c'est pour le détester.

P.S. : Jake, continue comme ça.

 

            8. Anchorman 2, Adam McKay

Anchorman2

Certains d'entre vous me diront : "Mais Martin, t'as craqué, Anchorman 2 il est nul comparé au premier, les blagues sont remâchées, l'étincelle a disparu". Ce à quoi je vous répondrai déjà de ne pas me tutoyer ni m'appeler par mon prénom, car après tout on ne se connait pas forcément. Ensuite ... je vous donnerais certainement raison. Mais ne connaissant pas vraiment la comédie américaine dans son ensemble, je n'avais pas encore vu le premier que le second m'avait été conseillé. J'ai donc décidé de regarder les deux dans la foulée et ... ils sont plutôt similaires, même si le second est certainement un peu plus faible. Et il y a Steve Carell dedans. Moi j'ai peu de demandes dans la vie. En ce qui concerne le cinéma, c'est voir Steve Carell dans de bons films. Et Jake Gyllenhaal. Et Chris Pratt.

 

            9. La planète des singes, l'affrontement, Matt Reeves

 

Planet of the apes

Jouons carte sur table, La planète des signes : l'affrontement m'a déçu. Nous plonger dans le quotidien des singes savants était une brillante idée, soit. Mais ce film avait-il besoin d'être aussi long, et mou ? Et surtout aussi prévisible ? Et pourtant, il fait partie de mon top. Bon, effectivement, je n'ai pas vu 50 films en 2014, mais je ne le mets pas là au hasard, car j'estime sa 9e place comme révélatrice de ses points faibles et de ses points forts. Le film reste très réussi d'un point de vue scénaristique (au-delà de la prévisibilité) et dans le jeu d'acteur (notamment de Serkis, qui nous propose sa meilleure prestation sous les traits de César). Mais James Franco manquait certainement un peu. Oui, voilà, je l'ai dit JAMES FRANCO !

 

             10.  Les films de requin de 2014, des réalisateurs inspirés

 

Sharknado

De Sharknado 2 et sa bombe artisanale fabriquée dans un magasin de jouet ayant pour but de faire exploser un sharknado, tornade remplie de requins complètement banalisée dans le film (quoi de plus naturel) en passant par Avalanche Sharks, sans oublier le tank sur quatre pattes de Supershark ou Ghost Shark, nous avons été gâtés cette année. Parce que c'est trop facile de critiquer ces chefs d'oeuvre et de promouvoir des films qui pétent plus haut que leur cul. Moi je veux plus de requins dans des tornades ou de requins invisibles qui traversent les murs. Rendez-nous les requins. Pour l'amour des dents de la mer 4.

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !