Mass Effect 3

  Développeur : Bioware

  Editeur : Electronic Arts

  Plate-forme : PC - PS3 - Xbox360 - WiiU

  Date de sortie : 8 mars 2012

 

Me3

Et un troisième pour finir

 

Un premier opus qui introduit un univers, un deuxième opus qui insuffle une dose d’action et de simplicité dans le système et un troisième épisode qui rend le tout épique et multijoueur. Voilà ce que Bioware aura réussi à faire avec sa première trilogie Mass Effect. En attendant la suite-mais-pas-vraiment dans le même univers, revenons sur Mass Effect 3.

 

 

Guardians of the galaxy

 

Suite aux événements de Mass Effect 2, le commandant Shepard est mis à pied. Alors qu’il est convoqué par l’Alliance, la Terre se fait attaquer par les Moissoneurs. Il devra alors fuir la planète des humains pour rejoindre son vaisseau et tenter de réunir les forces de la galaxie pour défaire ceux dont le seul objectif est d’exterminer tous les êtres vivants à leur portée. Lors d’une mission sur Mars pendant laquelle il rencontrera Cerberus, il découvrira les plans du Creuset, une arme dont le pouvoir gigantesque est supposé pouvoir anéantir la menace des Moissoneurs. Avec l’aide de vieux amis et de nouvelles connaissances, il devra parcourir la galaxie en évitant les conflits ouverts pour obtenir des forces de chaque race l’aide tant espérée. Bien entendu, Cerberus ne lui facilitera pas la tâche, l’organisation ayant pour objectif d’asservir les Moissoneurs pour mettre leur pouvoir au service de la race humaine. Ces derniers limiteront également la progression de Shepard, l’obligeant souvent à des choix compliqués et décisifs.

 

Me3 4

BAGARRE

 

 

Un système rodé

 

Mass Effect 3 propose relativement peu de surprises dans son système de jeu. Pour autant, Bioware a su faire une bonne synthèse de ses réussites dans Mass Effect 1 et 2 en appuyant davantage l’aspect RPG que dans le deuxième opus tout en accentuant l’action et la fluidité dans les mouvements. Vos choix auront toujours des conséquences sur la suite de votre aventure, que vous pourrez reprendre depuis des sauvegardes de Mass Effect 2, à la manière de tous les autres jeux Bioware. Vous aurez la possibilité de remplir des missions secondaires, peut-être un peu moins intéressantes que dans le deuxième opus, mais qui passeront plus facilement que dans le premier. Au cours de votre progression, vous aurez également à développer votre équipe et à les faire évoluer. Si pour d’autres développeurs, on aurait pu reprocher un manque de prise de risque, on est ici très satisfait des choix qui ont été faits dans la mesure où la licence avait su prendre en maturité et proposer un système de jeu intéressant et dynamique, le tout dans un univers très développé. De ce côté là, peu de nouvelles, bonne nouvelle.

 

Me3 2

Des visages connus ... et d'autres moins

 

 

Des nouveautés et une déception


Mass Effect 3 propose tout de même son lot de nouveautés, parmi lesquelles le mode multijoueur qui est optionnel mais influencera directement votre progression dans le jeu. Vos choix vont influencer l’avancement du projet “Creuset” plus ou moins rapidement. Or, c’est bien cette arme qui décidera à la fin de votre capacité à anéantir les Moissoneurs. Le mode multijoueur vous proposera des missions en ligne pour faire progresser votre jauge d’avancement. De nombreux nouveaux ennemis sont disponibles ainsi que différents modes de jeux. Il faut reconnaître que ces ajouts sont assez secondaires face à la machine bien huilée qu’est Mass Effect. Enfin, on ne peut pas parler de ce troisième opus sans évoquer la fin du scénario qui aura déçu des hordes de joueurs. A l’époque, j’avais du mal à comprendre cette levée de bouclier envers Bioware alors que le studio nous offrait régulièrement des petites pépites. Mais je dois reconnaître qu’avec du recul, le choix de faire une fin si banale à une aventure si épique était malheureux. Une fin décevante à une aventure incroyable. La trilogie Mass Effect, par son univers, aura assurément marqué l’histoire du jeu vidéo.

 

Me3 1

Un mode multijoueur un peu obligatoire

 

5 1

 

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !