Super Meat Boy

  Développeur : Team Meat

  Editeur : Team Meat

  Plate-forme : PC

  Date de sortie : 30 novembre 2010

 

 


 

800px logo super meat boy

 

Américain Boulettes

 

En 2010 sortait un petit bijou de jeu indépendant. La mythique team Meat (jeu de mots \o/) nous proposait ainsi une véritable perle de die and retry qui m'occupa bien des journées, et qui m'occupe encore à l'heure actuelle. Retour sur les aventures de l'américain boulettes.

  

Vous allez aimer les plats en sauce

Super Meat Boy, c'est l'histoire d'un cube de viande qui devait sauver sa bien aimée cubette de viande rose (de l'autruche peut-être ?) en passant par un parcours du combattant : scies circulaires, rotatives, trous, seringues, feu... Le Dr. Fetus est un vrai maitre dans l'art du level design. Pour ce faire, Meat Boy n'a que ses petites jambes et la plus-que-bien-jaugée physique du jeu pour l'aider. Ce sera à vous de le faire sauter de plate-forme en plate-forme, glisser sur les murs et attraper des clés (entre autres mésaventures) pour vous frayer un chemin vers votre bien-aimée. Et c'est qu'il est exigeant, ce super meat boy, et vous fait passer par 6 mondes différents contenant chacun un boss et des défis des plus en plus imposants (quoique Larry, une fois qu'on a compris le truc... C'est surtout de l'attente !). Chaque monde propose un background différent et une difficulté sensible supplémentaire : on passe de la forêt à l'hôpital puis dans l'ordre l'usine, l'enfer, rapture et « finalement » the end.

Smb 1

Il va falloir éviter toutes ces scies petit bout de viande !

 

Un jeu plutôt fourni

Le bébé de la team Meat est plein de surprises, et de contenu. Car non trop heureux de proposer une difficulté progressive pour atteindre son apogée lors de l'affrontement final en deux parties contre le Dr. Fetus et ses plate-formes de la fin (« the end », littéralement), Super Meat Boy ne se finit en fait pas du tout avec cet affrontement. Chaque niveau fini avec la mention A+ lors de votre progression (à une vitesse que les développeurs jugent suffisante) débloque sa version « dark world », pendant hardcore des « light world ». Entre ces mondes et la fameuse Cotton Alley, la difficulté bat son plein et vous aurez du fil à retordre pour finir le jeu en entier ! Ca ne vous suffit pas ? Qu'à cela ne tienne ! La team Meat a pensé à vous en ajoutant dans de nombreux niveaux des bandages, petits objets difficiles à atteindre et vous permettant de débloquer nombre de personnages supplémentaires. On peut y ajouter les fameuses WarpZones ainsi que la GlitchGirl, qui vous proposent des défis relativement différents mais toujours très exigeants ! Vous débloquerez ainsi de nombreux personnages de jeux divers tels que le runner de BIT.TRIP. Ou the kid de I wanna be the guy (celui-là, c'est vraiment pas de la tarte à débloquer de prime abord).

Smb kid 

Croyez moi, débloquer le Kid, c'est pas de la tarte...

 

Calibrage de pointe

S'il est une qualité qu'on ne peut pas retirer à Super Meat Boy, c'est bien son calibrage, autant dans sa physique que dans sa difficulté. Non seulement cette dernière est extrêmement progressive mais surtout assez diabolique sur la fin, c'est surtout grâce à une physique et une prise en main bien pensées que le jeu se démarque. Meat Boy (ou Bandage Girl, ou même tous les autres personnages dans leur style particulier) répond exactement aux désirs de son contrôleur. Ou plutôt, à ce que son contrôleur demande à sa manette. Même si cela demandera du temps, le contrôle de Meat Boy peut être avec de l’entraînement très précis. C'en est de même pour ses « collègues » qui ont tous des capacités spéciales, qui pourront d'ailleurs vous aider dans des niveaux que vous ne maîtrisez pas avec votre ami la boulette de viande.

Smb 3

Gaffe au sel, c'est mortel

 

Le paradis de la plate-forme

Sans en rajouter, Super Meat Boy représente quelque chose qui se rapproche de l'excellence en termes de jeu de plate-formes. A mon sens, on a rarement fait mieux en la matière. Parfaitement adapté pour le speedrunning, il propose un contenu imposant et une rejouabilité remarquable. Sa difficulté progressive demandera beaucoup de patience et d’entraînement pour vous améliorer, mais c'est un de ces jeux qu'on est content de maîtriser de mieux en mieux. A des lieues d'un Rayman, c'est un jeu nerveux et très intuitif que vous aurez du mal à lâcher. Disposant d'une communauté encore vivante et de nombreux joueurs dans le monde, c'est un plaisir à consommer sans modération !

5 1

 

Martin Hervieu

Programmeur à mes heures, je reste avant tout un enfant des Dents de la Mer qui en plus de m'avoir donné mon prénom m'a donné un nouveau dieu.

Sinon, je joue aussi à des jeux et je regarde des films et surtout beaucoup de séries. Et pas que des biens.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.